Les lumières de votre monde ne pourront jamais éclairer le chemin des errants.
Merci.

************

Il y a des évidences que vous ne percevez pas à cause du bruit de votre cœur. Vos émotions tourbillonnent sans relâche et vous épuisent sans cesse.
Le vrai monde n'est accessible qu'aux éveillés, aux pauvres de la vie.
Libère-toi de tes préjugés concernant ta vie.
Tu cherches de l'enseignement. Tu en as déjà. Te reste maintenant à le vivre sans rien chercher d'autre.
Tu commences, c'est bien, mais va au-delà des apparences d'Amour.
Comme la méditation, c'est la pratique permanente de l'Amour qui t'en fera saisir la force immense, sans la craindre, sans en avoir peur, sans te brûler.
Ne lis plus, ne dis plus, vis-le tous les jours. Rêve-le toutes les nuits. Imprègne-toi de cela comme de tes nourritures terrestres.
Ne lis plus rien sur l'Amour, sois l'Amour.
Transmets, c'est important. Tu conforteras ton cœur et tu leur feras du bien. Mais fais-le dans la transparence de celui qui ne cherche rien en retour. Fais-le pour la Lumière qui veille sur vous et qui t'utilise comme médiateur.
Sois un des milliers de relais qui font grandir l'humain vers sa destinée.
Sois canal. Un canal creux de toute émotion, de toute forme d'envie ou d'intérêt.
Sois le conduit de la Lumière, sans jamais t'identifier à la Lumière.
Tu es au service de l'Amour et rien d'autre, qui te ferait perdre ton innocence d'enfant de Dieu.
Le conduit de la Lumière d'Amour doit être parfaitement creux pour bien assurer sa fonction. À toi de travailler la qualité de ce vide intérieur.
Polis ton cœur et ta pensée. Lustre ton âme de toutes pensées négatives qui l'entartreraient.
Ne médite plus sur la notion du vide, aime-le. Recherche-le toujours et toujours. Trouve aussi ce plaisir qui te donnera l'envie d'y revenir encore et encore.
Pratique. Ne fait rien d'autre. N'intellectualise plus. Pratique. Sois.
Merci, va dormir, la nuit t'enseignera encore. Au moins tu ne résisteras plus.
Va, merci encore.

Merci Mahé, j'ai compris.

**************

Enseignement que je recherchais sans poser de question. Il semblerait qu'au départ j'ai ressenti le besoin d'écrire qui ne venait pas de Mahé. J'ai dû me recentrer.